Sans titre

Sans titre

La beauté

à L. Licenoski

Elle me poursuit comme une putain,
insatiable, lubrique, solitaire.
Implacable elle me prend dans ses bras de feu
en une étreinte fatale.

Et de sa main légère elle me lance
dans un jeu étrange, une étrange mise en scène,
un spasme m’emporte dans la mort
et je reviens à la vie comme le poème.

Lors, d’un regard qui s’allume et flamboie
je plonge au plus profond du bleu
et de nouveau crie à la beauté :
Transperce-moi de tes rayons !

Transperce-moi, que vienne la paix
sans procès, sans vaine logique,
et que la splendeur de ce délire –
ta splendeur – ruisselle unique.

Aco Šopov, Confondu dans le silence (Слеј се со тишината), 1955
Traduit par Edouard J. Maunick, Anthologie personnelle, 1994