Rue

Une nuit de tempête, j’avance dans un cauchemar.
Sous la dépouille de la rue : le temps révolu.
Mon amour, ma haine.

Mais soudain le tronc sec de la nuit
remue et me murmure en secret :
tout ce que tu as vécu, tout était prédit.

Une nuit de tempête, j’avance dans un cauchemar,
qu’y a-t-il en amont, en aval de demain ?
Mon amour, ma haine.

Aco ŠopovLe beau temps vient avec le vent (Ветрот носи убаво време), 1957
Traduit par Edouard J. MaunickAnthologie personnelle, 1994