This post is also available in: Macédonien Espagnol Russe

Neuvième prière de mon corps

Voici ce lieu, ce corps illimité,
couché comme faim muette.
Voici toutes les lumières et toutes les eaux
de cette cité emmurée.

Par-dessus les toits, l’éternel pigeon roucoule
une fable étrange de pain et d’argent…
As-tu trouvé cette parole, ce nom
qui te ronge jusqu’à la moelle des os ?

As-tu résolu cette énigme terrible,
cet âge jamais encore et nulle part vécu,
as-tu vu combien les lumières font mal
au-dessus de ce corps qui coule sans courant ?

Voici ce lieu, ce corps sans limites,
cette faim qui l’enfanta.
La voici, cette cité emmurée,
ces remparts de lumières et d’eau.

Аco ŠopovNon-être (Небиднина), 1963 
Traduit par Edouard J. MaunickAnthologie personnelle, 1994
L’original macédonien a été initialement publié dans la revue Sovremenost XII, 5, 1962.