À la mouette au-dessus de moi

Mouette, mon oiseau,
ne te pose pas sur mes yeux.
Ces rives écroulées ne sont point escale.

Plonge à fond d’abîme
survole toutes les cimes.
Que la clarté m’emporte !
Mouette, mon oiseau, j’ai perdu le regard.

Et ne te pose pas sur mon cœur,
il n’est plus à moi :
traverse plutôt tous les pays jamais traversés,
va chez les vivants, les inconnus, les décimés.
Prête ton regard aux délaissés, aux séparés,
pose-le sur la neige des cimes, sur les vertes prairies,
et écoute  –
alors que ton aile fatiguée les survole –
en eux battre mon cœur haletant.

Mouette, ne te pose pas,
reprend ton envol.
Je suis une barque abandonnée
au ressac de l’inconnu.

Aco Šopov, Confondu dans le silence (Слеј се со тишината), 1955
Traduit par Edouard J. MaunickAnthologie personnelle, 1994

Écoutez la version anglaise interprétée par le groupe Starowski

Écoutez l’original macédonien interprété par

Sofija Gogova-Vrčakovska (lecture) 

Ivana Zdravkova

Blagoj Nacoski
(LIVE Tokyo, 14.03.2017)