Éclairs au-dessus de Šara*

Les sommets de Šara luttent corps à corps avec de noirs nuages,
les spectres nocturnes désertent leurs antres au creux de la montagne.
Tout est sombre. Seuls les éclairs d’une claire pensée
transpercent l’espace obscur
pour éclater au fond de la vallée en une foudre lucide.

Et la nuit s’étale… on a peur de tant de nuages, de spectres et de nuit.
Tout s’estompe, à la fois les feuilles et les sources de la vieille montagne,
mais elle seule, domptée depuis longtemps déjà,
esquisse un sourire tranquille,
en retrouvant dans les éclairs,
le rêve de sa puissance d’antan.

Les éclairs éclatent au fond de la vallée en une foudre lucide
qui, telle une pensée lumineuse, s’épanouit et monte vers les hauteurs.
À présent elle domine les spectres et les nuages,
se penche sur eux, comme au-dessus d’un vieux naufrage,
et tendrement, doucement verse sa clarté dans la vallée.

Brezovica, juillet 1977

Aco ŠopovArbre sur la colline (Дрво на ридот), 1970
Traduit par Edouard J. MaunickAnthologie personnelle, 1994


Prononcer « Chara ». Montagne à proximité de la capitale macédonienne, Skopje, ville dans laquelle Aco Šopov a passé la majeure partie de sa vie.