Appelle-moi Ciel

Appelle-moi Ciel. Mon ciel.
Appelle-moi Ciel de silence.
Et moi, souche fragile dans la forêt obscure du sang,
je m’arracherai de toute cette longue impuissance
pour m’élancer haut, très haut,
tel le chaud regard de l’homme,
je serai ciel, ton ciel,
je serai ciel de l’étoile du matin.

Ne me rappelle pas ma faiblesse,
ne me dis pas que je n’ose pas
dévisager les herbes,
et que seules bruissent en moi
les plus fragiles.
Pour que demain ressemble à aujourd’hui,
tais-toi. Ne dis pas la vérité.

Appelle-moi Ciel. Mon ciel.
Appelle-moi Ciel de silence.

Aco ŠopovLe beau temps vient avec le vent (Ветрот носи убаво време), 1957
Traduit par Edouard J. MaunickAnthologie personnelle, 1994