La réalité du poème*

Milivoje Marković

Si, dans ses livres précédents, Aco Šopov a su s’imposer comme un poète exceptionnel de la pensée, comme un visionnaire de la passion, comme un chantre de l’amour et de la beauté, comme un démêleur de la tristesse et du désir, je dirais que dans son livre Poème de la femme noire, il a réussi à mener ces qualités à la perfection.

Ici, l’amour n’est pas seulement ferveur, mais destin, détermination éthique, passion. Il incarne la pleine maturité de la vie, il est la racine la plus puissante de la vie. Tout est en état d’extase, dans ce livre, tout ce qui est pensé et dit est fatalité. Cette poésie peut paraître parfois douce, voire même légère, mais en réalité elle est d’une complexité de tout instant. Dense et concise, intérieurement tendue et tout en symboles, elle reflète une pensée stratifiée, une pensée plurielle, qui accompagne l’homme dans ses multiples préoccupations, sans jamais l’abandonner, en ouvrant toujours devant lui de nouveaux horizons et de nouveaux défis. Šopov regarde constamment au loin, il fixe un certain point d’évidence, une certaine réalité qu’il croit plus lumineuse et humainement plus diversifiée et plus riche que celle que nous connaissons.

Dans ce livre, comme dans les livres précédents, Aco Šopov nous montre que la poésie est une aubaine, car plus que tout autre chose, elle permet à la pensée humaine de percer l’inconnu, et à l’homme de se projeter dans l’avenir.

*Extrait de « La réalité du poème » de Milivoje Marković. Introduction à un choix de poésies d’Aco Šopov traduites en serbe, publiées dans la revue Rukovet, n° 1-2, en 1977.

Lisez l’intégralité du texte original (en serbe).