Dessin de Roman Kissiov inspiré par Šopov

Dessin de Roman Kissiov, écrivain et peintre bulgare, traducteur de Šopov

Prière pour une parole ordinaire mais introuvée

Prière de mon corps :
Trouve une parole pareille à l’arbre ordinaire
telle nudité des mains de charbon de nos aïeux,
dont la candeur vient de la première prière.
Mon corps prie pour cette parole.

Prière de mon corps :
Trouve une parole qui, proférée dans le cri,
blesse d’instinct le sang,
ce sang égaré en quête de son cours.
Mon corps prie pour cette parole.

Trouve la vraie parole
à l’image de tous les prisonniers tranquilles,
de ce vent, de cet ouragan
qui réveille les chevreuils dans nos yeux.
Trouve la vraie parole.

Trouve la parole inaugurale, le cri,
trouve cette parole. Et ce temple
prisonnier de son âge, fort de son attente
s’ouvrira de lui-même humble devant toi.
Trouve la parole inaugurale, le cri.

Aco Šopov: Non-être (Небиднина), 1963
Traduit par Edouard J. Maunick, Anthologie personnelle, 1994

 headphonesEcoutez le poème en macédonien