Soleil noir encore

De quel royaume fabuleux, de quel tombeau splendide
qui au soir t’accueille et au matin te chasse,
viens-tu déverser, soleil noir, de noires pluies
comme une menace ultime lancée au monde ?

Qu’est-ce donc ? Guerre de fauve contre fauve,
de branche contre branche, d’arbre contre arbre, de racine
contre racines sauvages, étoile filante qui, de son feu, déchire le ciel,
guerre du ciel contre la terre, guerre des morts contre les vivants ?

Quel est ce royaume fabuleux, ce tombeau du vent,
où un monstre à trois têtes nous jette trois terribles regards,
en ce lieu du crime, des eaux déchaînées, des eaux sèches,
dans cette terre noire qui tient dans une main ?

Quelle est cette terre que nous nommons de notre nom
recopié de toutes les citadelles, de tous les abîmes,
de toutes les cimes ? Soleil noir, noir en toute saison,
nous sommes ici, tous deux couverts de feuilles désoleillées.

Aco Šopov, Cinérémancien (Гледач во пепелта), 1970
Traduit par Edouard J. Maunick, Anthologie personnelle, 1994